L'ami de l'acide ronge le cuivre, la pierre, la terre. Dacos le maçon ne consolide pas, il désolide, il lamine, réduit, mâchonne, mâchouille, ratatine. Comme un boulanger qui ne ferait pas lever sa pâte, mais la réduirait. Au fond, Dacos est un réducteur de têtes. Absent des annuaires, ce métier définit pourtant bien l'artisanat Dacos. L'artiste réduit au long cours, comme pour traverser l'Atlantique, en donnant sa chance au hasard. La vitesse importe peu et ses outils sont lents. Nombreux. Comme ses traits, ses hachures, comme ses stries, ses glissières, ses sciures. Il les range dans des pots, dans des poches, dans des tiroirs. Dacos sans outil est un homme nu; c'est pour cela qu'il a plus de poches que le quidam. Plus que le parachutiste. Plus que le kangourou. Dacos a besoin d'outils pour rester l'ouvrier aux paumes éprouvées. De ses outils, il se sert pour écorcher, disséquer, écarteler. Comme le boucher. Il a aussi des presses, des séchoirs, des bains d'acide. Avec leur aide, il comprime toiles, tissus et plaques, en bourreau soucieux d'inventer de nouvelles fusions de l'encre et du papier. Comme chez l'imprimeur, les outils ici détiennent leur potentiel de jaillissement d'encre. La précaution est donc de rigueur, car il faut hésiter avant de s'y essayer en amateur. Puis tenter sa propre rayure.

Marin Dacos

Site propulsé par Lodel amoxicillin 500 mg - coupons plavix