Projeté dans l’être, dans sa pensée réflective. Il investit l’à-venir en perpétuel devenir : toute liberté reste précaire tant que l’homme ne dénonce pas la pensée calculante au profit de la pensée existentielle. Le graveur, ouvrier de l’être, incise, dénonce, griffe, annonce: il traverse la plaine du cuivre pour accéder au clair de l’homme. Il établit ses campements au plus près de l’exclu. De l’errant. À l’orée du dernier cri, d’une parole étouffée. Au delà du temps, les gravures de Dacos témoigneront pour le simple et pour l’Histoire : nulle compromission, nul recel, nul cadrage du vide. Des images. Des gravures. J’y lis la présence de l’homme, une germination fraternelle : la violence des mains qui parlent au nom de tant de mains...

Gaspard Hons

Site propulsé par Lodel amoxicillin 500 mg - coupons plavix